1er Jour de tournage : "Fall Asleep (Sweet Dreams)"

20 Septembre 2014




Le premier jour de tournage de ce fameux clip ! La veille, j’ai fait un rappel à toute l’équipe de ce premier jour et leur ai donné rendez-vous à 09h30 sur notre lieu de tournage. C’est après une courte nuit où il me fut difficile de trouver le sommeil dû à l’excitation du lendemain que je me lève à 06h30 pour les dernières finitions : me préparer et vérifier que je n’ai rien oublié. Le temps passe et je ne tiens déjà plus en place. J’attends qu’on vienne me chercher. Cependant, il y a des embouteillages. Oups ! Faux départ, nous sommes un peu en retard. Heureusement pour nous le trafic est fluide ensuite, et tout le monde n’est pas encore arrivé.


Arrivés sur notre immense lieu de tournage, on dit bonjour à tout le monde, je signe le contrat de location avec Henriette, et nous entamons un tour des locaux pour nous remettre dans le bain. On se repère assez facilement, on retrouve nos marques, on revoit les scènes du scénario. On commence à s’installer et je prends le temps de faire les présentations entre les figurants qui ne se connaissent pas forcément. On fait le tour de ce lieu sombre et lugubre pour qu’ils puissent également se repérer, tout en leur indiquant quelques règles de sécurité, puis on se prépare à tourner.


On commence par s’installer dans ce que j’ai nommé la "FIRE ROOM" ! Une pièce sombre, calcinée où un petit monticule d’objets jonche le sol : des tasses, un pneu, un matelas en mousse, des câbles et bien d’autres objets, dont certains encore non identifiés à ce jour. On explique un peu le contexte aux figurants qui ont déjà pris connaissance du scénario en amont, et c’est parti pour leur première scène.


Ensuite, les plans s’enchaînent. Du « Hangar Jaune » au « Rectangle », les figurants se mettent dans la peau de leurs personnages petit à petit, donnant finalement vie à ceux que j’ai créé 1 an plus tôt dans mon roman « Sanatorium ». Il était d’autant plus difficile pour eux de recréer cet univers puisque nous tournions de jour une histoire qui se passe de nuit, mais ils s’en sont très bien sortis. Surtout au moment où je me suis cachée derrière une paroi en métal, attendant un signal pour frapper un grand coup dedans de manière à leur faire peur ! Petite farceuse…


"Alors ? Ça a marché ? Vous avez eu peur ? leur demandai-je contente de moi."

Viens ensuite la pause du midi que nous avons pris vers 13h30 environ. Comme nous l’avions dit à notre petite équipe, nous prenions en charge le repas grâce aux fonds récoltés sur Ulule. C’est donc en compagnie d’Axel (The Driver), Aude et Ludivine que je pars faire les courses. Alors que Ludivine est plongée dans la lecture de « Sanatorium » et que la musique de la pub de Schweppes tourne en boucle dans la voiture (n’est-ce pas Aude ?), on cherche la route pour Super U… Mais où est Super U ? On tourne un peu, sans trouver, puis Axel remarque un petit panneau Lidl… c’est la même chose après tout, direction Lidl !


Une fois arrivés dans le super-marché, on fait nos petites courses. Puis on repart en direction de notre base et on installe le pique-nique. C’est dans un silence quasi absolu que nous nous restaurons, écoutant les feuilles tomber sur la toiture ondulée des entrepôts. À 14h15, c’est Angéliqua qui arrive, notre maquilleuse dont on ne connaissait pas encore les talents. Après avoir mangé un peu, je passe au maquillage tandis que Patrick s’est porté volontaire pour nous allumer notre feu de camp avec l’aide d’Axel.




▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼


L’HISTOIRE DU FEU DE CAMP

Il était une fois une équipe de tournage qui, en plein jour, voulait donner vie à un film dont l’histoire se passe de nuit. Alors qu’ils trouvèrent un lieu de tournage approprié, ils omirent un petit détail : qu’au début du scénario leurs acteurs se trouvaient autour d’un véritable feu de camp. Cependant, les propriétaires du lieu de tournage en question disposaient également d’une petite parcelle de forêt. L’équipe demanda donc l’autorisation le jour même, pour effectuer un petit feu de camp en faisant bien attention… évidemment. Et les propriétaires acceptèrent. C’est alors, qu’en début d’après-midi, un certain samedi 20 septembre 2014, deux acolytes se lancèrent le défi d’allumer ce fameux feu de camp, non loin du petit bois. Et ils réussirent. C’est donc par un temps estival où la température ambiante grimpait à environ 30° au soleil, que les acteurs vêtus de sweat ou de pull, s’installèrent tout autour du feu dont les flammes dansaient ardemment. Et ainsi se termine l’histoire du feu de camp.


Patrick : « Faire un feu en plein été, avec plus de 30° dehors et des acteurs en sweat et pulls… de grands malades !!! »

▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲


Alors que nous nous trouvons autour du feu pour cette première scène de l’après-midi, nous entendons l’orage gronder au loin. Cela nous plonge alors dans une ambiance bien sympathique. Le tournage se déroule à merveille, les figurants passent au maquillage les uns après les autres et jouent aux Zombies. Le temps passe, l’orage s’installe au dessus des entrepôts où nous tournons et tout à coup !!!



/!\ ALERTE /!\ L’eau tombe à l’intérieur, à l’endroit pile poil où nous avons tous posés nos affaires !!! Pas de panique ! Une fois notre bazar mis à l’abri, on reprend le cours du tournage jusqu’à 19h environ où vient le temps de se changer, se démaquiller et de se dire au revoir… Mais ce n’est qu’un au revoir…


#johanna #zaïre #sanatorium #video #music #clip


© 2020 - Johanna Zaïre Officiel

Angoulême, France

jz.officiel@gmail.com

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Musique Apple - Black Circle
  • Spotify - Black Circle

Livraison gratuite !

France : à partir de 40€ d'achat. 

International : à partir de 60€ d'achat.