top of page
Rechercher

Autoédition : choix ou fatalité ?

Lorsque j’explique que je publie mes livres en autoédition, on me demande souvent pourquoi je suis auteure indépendante.

 

Certains pensent que c’est par défaut.

 

Est-ce un choix ou une fatalité ?


autoédition, Johanna Zaïre

 Lorsque j’ai démarré, j’ai signé un contrat chez un éditeur, enfin…

 

Ça ne s’est pas exactement passé ainsi. Voici l’histoire de la première fois où j’ai signé dans une maison d’édition.

 

C’était il y a plus de 15 ans, en 2005, alors que je n’avais que 17 ans. J’étais une lycéenne pas vraiment bien dans ses baskets, puisque je faisais tout mon possible pour cacher une belle dépression. Mais on va dire que je ne m’en sortais pas trop mal niveau scolaire (merci les facilités…).

 

Le 1er contrat en Maison d’édition

 

À cette époque, j’écrivais poèmes sur poèmes, lors des (nombreuses) heures pendant lesquelles je broyais du noir. Et comme les seuls moments où je n’étais pas tourmentée par des idées noires étaient ceux où je dormais, tu imagines bien que j’ai eu largement le temps d’écrire un tas de textes.

 

L’écriture était une véritable thérapie déjà à l’époque. Je crachais tout mon mal-être sur le papier. Ça m’aidait à aller mieux, en tout cas, sur le moment, ça me faisait du bien d’en parler d’une certaine manière.

 

Un jour, ma maman et ma petite sœur m’ont encouragée à les faire publier chez un éditeur. 📖

 

Je ne sais pas pourquoi, mais dans ma tête, je me suis dit que ça pourrait peut-être me "guérir" de partager mes écrits à plus grande échelle. Inutile de chercher de logique derrière ce raisonnement, je ne suis pas certaine qu’il y en ait une… Rien n’est vraiment logique lorsqu’on traverse les ténèbres de la dépression.

 

J’ai donc envoyé une vingtaine de textes à un éditeur. J’ai attendu la réponse. J’ai reçu un contrat (mon tout premier). Et ma maman l’a signé, parce que j’étais mineure et consentante.

 

Je vous passe le process de publication. Mais nous voilà 9 mois après la signature du contrat

 

Fin décembre 2005, j’avais mon tout premier livre publié entre les mains et la communication a démarré en janvier 2006. C’est pour cela que je donne cette date de publication qui est plus significative à mes yeux, puisque c’est là qu’on a vraiment commencé à parler d’"Obscur-Clarté" : dans mon lycée, dans les journaux, et même sur la chaîne TV du département.

 

En toute confidence, j’ose quand même vous dire que cette première fois, c’était pas ouf. 😳

 

Pourquoi ? Eh bien, tout simplement, parce que j’étais tellement dépressive que j’étais complètement renfermée sur moi-même et incapable de voir et de savourer la chance que j’avais. En fait, j’étais au mieux "juste, un peu contente". Ou plutôt, imagine un Zombie heureux… Ça vous parle ?

 

J’étais tellement déconnectée de la réalité ou plutôt ultra-connectée à ma bulle sombre qu’il m’était bien difficile de me réjouir de quoi que ce soit. 😕

 

Heureusement pour moi, ce temps est révolu et sachez que j’ai pu savourer toutes mes autres publications, en particulier celles que j’ai autopubliées.

 

Tester des méthodes d’édition différentes

 

Après cette 1ère expérience, j’ai testé différents types d’édition. Ce qui m’a permis :

  • D’apprendre

  • De me faire arnaquer... 😩

  • D’apprendre encore plus (de mes erreurs)

  • De choisir ce qui me convenait le mieux.

 

J’ai testé :

 

  • Les maisons d’édition à compte d’auteur, qui vous demande une belle somme d’argent pour publier votre livre, mais vous gardé vos droits sur votre création.

 

  • Les maisons d’édition à compte d’éditeur, qui vous reverse entre 5% et 15% sur le prix de vente du livre en droits d’auteur. Vous cédez vos droits et n’êtes donc plus propriétaires à 100% de votre œuvre.

 

  • Les éditions alternatives ou entre-deux. Ni à compte d’auteur, ni à compte d’éditeur. Ils prennent en charge la publication. Vous gardez vos droits et vous ne payez que pour certaines options facultatives. Mais vous gérez votre promotion et ils vous reversent un pourcentage sur les ventes. Je m’étais dit que cette dernière option était un bon compromis, mais j’ai réalisé que si je devais faire moi-même ce travail de promotion, je ferai mieux de me trouver un imprimeur et d’assurer le reste seule.

 

C’est ainsi que j’en suis venue au choix mûrement réfléchi de l’autoédition. 😁

 

L’autoédition, un choix mûrement réfléchi


Il n’y a rien de plus gratifiant que de donner vie à un projet d’écriture sur lequel on a tout fait : l’écriture, la mise en page, la confection de la couverture, le choix du papier, la promotion, la campagne de précommandes, etc…

 

La liste est longue et le travail fastidieux, mais c’est ce que j’aime dans l’autoédition : cette autonomie.

 

Cette liberté de pouvoir avoir un ouvrage 100% à son image. 🥰

 

C’est également grâce à l’autoédition que j’ai pu réaliser mon rêve de vivre de ma passion.

 

Je vis uniquement de ma plume depuis 2018 et ça n’a rien d’étonnant quand on sait qu’un auteur en maison d’édition perçoit à peine 1€ par livre vendu.

 

Via l’autoédition, je touche entre 4€ et 17€ par livre vendu.


C’était donc le choix le plus évident si je voulais :

  • Garder mes droits sur mes œuvres pour en rester propriétaire à 100%.

  • Avoir un revenu correct, afin de pouvoir en vivre à 100%

  • Être seule décisionnaire du contenu de mes œuvres.

 

Si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans l’autoédition, mais que vous ne savez pas vraiment par où commencer, découvrez mon programme “Liberté” qui vous permettra de devenir 100% autonome dans la publication de vos œuvres.

 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour rejoindre le programme :

 


 

Bonus :

 

🎁 Pour découvrir mon tout 1er Artbook sur la santé mentale, cliquez ici.


🎁 Pour recevoir des histoires croustillantes et mes meilleurs conseils pour donner vie à vos projets d’écritures, cliquez ici. 💌 Déjà + de 600 abonnés.


🎁 Pour recevoir des cadeaux à gogo, cliquez ici.


 

Vous avez aimé cet article ?

 

Partagez-le avec d'autres auteurs qui pourraient en bénéficier.

 



 

Qui je suis ?


Johanna Zaire, Coach en écriture intuitive, Thérapie par l'écriture

Je m'appelle Johanna et je suis l'auteure d'une dizaine d'ouvrages dont 2 primés, l'un en 2017 au Salon du Livre de La Malhoure, l'autre en 2021 au Salon du Livre de La Roche-Chalais.

 

Après avoir signé plusieurs contrats chez différents éditeurs, j'ai décidé de devenir complètement indépendante en me lançant dans l'autoédition, afin de pouvoir vivre de ma passion. Un rêve qui s'est réalisé en 2018. 

 

Du Salon du Livre de Paris au Salon du Livre de Mons (Belgique), en passant par le Festival Internationale de la BD à Angoulême, je participe chaque année à de nombreux événements et festivals pour aller à la rencontre de mes lecteurs. Une des plus belles récompenses en tant qu'auteure

 

Après 15 ans de vie d'auteure et à la demande d'auteurs en herbes désireux d'écrire leur livre également, j'ai eu envie d'accompagner les Plumes dans cette incroyable aventure.

 

Diplômée en Coaching en Développement Personnel en 2022, j'ai travaillé avec de nombreuses Plumes en tant que Coach, afin de leur permettre de donner vie à leurs projets d'écriture. Mon expérience de plus de 10 ans en tant qu'auteure indépendante me permet de les accompagner à n'importe quelle étape du processus (écriture, relecture, publication, promotion, etc...).


Pour me contacter, cliquez ici.


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec votre réseau ! 🥰

Merci ! 🙏😊


Découvrir mes posts par thèmes :


Comments


bottom of page